L'état d'esprit Slamézik

 

 

Slamézik est une association couserannaise (à l'ouest de l'Ariège), dont l’objet est de permettre et de développer la pratique du Slam de poésie.
Le défi est grand de faire vivre cet art vivant, cette poésie de l’instant dans nos vallées.
La majeure partie des collectifs de slameurs sont implantés en grandes villes.
En Occitanie, le cœur du réseau vit à travers les associations « Contre-Courant » et « l’Ecole du Magret d’Argent » de Toulouse.
Avec "Babel Tchap" (Castres, Tarn) et Cavea (Valence-Sur-Baïse, Gers), SLAMéZIK en Ariége est une des pionnières en milieu rural et la seule en France inscrite à la Ligue Slam de France à œuvrer en milieu montagnard !


L’idée est de multiplier les ateliers pour des publics variés, afin de retrouver l’oralité, qui a toujours été au cœur de l’histoire universelle. Pourquoi la poésie serait limitée à des auteurs choisis par des éditeurs ? Pourquoi la poésie serait-elle cantonnée à des lignes entassée dans des livres que très peu ouvriront ?


Le slam, c’est libérer et faire vivre nos émotions en deux temps : le plaisir de l’écriture, puis l’interprétation en public.

C’est donner la possibilité « d’écrire à voix haute », « d’assembler des mots » et de s’exprimer au micro tels que l’on est, avec notre propre histoire et sans artifice. Nul besoin d’être une star en slam, pour pouvoir accéder à une scène et déclamer une histoire.


Le slam est un mouvement, et non un style musical. C’est une expérience qui se vit au moment aussi pour le public, balancé entre les styles d’écriture, les voix et les « flows » des différents slameurs/slameuses tantôt poètes, tantôt rappeurs, tantôt humoristes, tantôt comédiens : vous ne pourrez mettre une étiquette toute faite et c’est cette liberté d’expression qui fait la richesse d’une soirée slam.


Les seules règles sont que les textes doivent être personnels, durer moins de trois minutes et être déclamés sans accessoire ou instrument.
Evidemment, la musique des mots est recherchée dès l’écriture, à base de rimes et de figures de style, jusqu’à l’interprétation avec le travail des rythmes, des intonations, des silences, etc.

Enfin, que ce soit dans les ateliers ou dans les scènes ouvertes, la bienveillance prime les uns envers les autres : on apprend à s'écouter en même temps qu'on apprend à dire, on est tour à tour oreille et bouche !

La famille Slamézik

© 2020 par SLAMéZIK
 

Visuel Bannière par Greg Miranda

GardenBeatBox.mp3L'Intrus
00:00 / 02:33
  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube